13. janv., 2020

Pietraszewski ferme la porte aux critères de pénibilité

Le Huffpost

24/12/2019

Retraites: Pietraszewski ferme la porte aux critères de pénibilité. Le secrétaire d'Etat en charge des Retraites préfère que les salariés “se reconvertissent”.

Par Astrid de Villaines

POLITIQUE - C’est déjà non. Alors que le gouvernement a annoncé la veille son calendrier en vue de nouvelles concertations sur la réforme des retraites, le secrétaire d’État en charge du dossier, Laurent Pietraszewski, a donné quelques précisions ce mardi 24 décembre sur BFMTV.

Revendication majeure des syndicats de salariés, dont la CFDT, le rétablissement des quatre critères de pénibilité supprimés en 2017. “Ils n’étaient pas ou peu évalués dans la vie des entreprises. Nous ne pensons pas que c’est en remettant en place les critères qui ne fonctionnaient pas en 2017 que nous allons trouver des solutions”, a estimé Laurent Pietraszewski sur BFMTV. (À partir de 9′40).

“Nous disons ‘oui’ pour rouvrir le débat, mais pas sur ce qui a été décidé en 2017, ça ne fonctionnait pas”, insiste le successeur de Jean-Paul Delevoye. Et de proposer à la place une reconversion pour ces travailleurs. “La réalité de la vie de ceux qui sont en entreprise, c’est que lorsque l’on est exposé à la pénibilité, ce qui est intéressant c’est de savoir si on va me permettre de me reconvertir, de faire autre chose. Moi je préfère qu’on regarde comment aider une personne à faire autre chose plutôt que de la laisser dans un métier pénible”, a-t-il plaidé.

“Donner à tous les moyens de se reconvertir”

Une position qui semble partagée par l’ensemble du gouvernement puisque cette évolution est inscrite noire sur blanc dans le communiqué du Premier ministre qui annonce un nouveau cycle de concertations à partir du 7 janvier. “Construire des dispositifs de reconversion pour les salariés exposés longtemps à la pénibilité”, peut-on lire. 

Au HuffPost, le 23 décembre, le syndicat réformiste Unsa faisait de ces quatre critères un point majeur des futures concertations et assurait que c’était un point de blocage du patronat. “On reviendra à la charge sur les quatre critères de pénibilité, c’est la responsabilité du patronat qui bloque”, expliquait Laurent Escure, son secrétaire général.

“On va aider (le salarié, NDLR) à se reconvertir, ce qui n’empêche qu’un certain nombre de critères doivent être pris en compte”, a fait valoir le secrétaire d’État aux retraites sur BFMTV, sans en dire plus, mais en insistant: “Je crois que mon engagement c’est de donner les moyens à tous de se reconvertir”.