6. mai, 2015

Trafic du bois de rose à Madagascar

Le trafic du bois de rose à Madagascar est un sujet de notoriété publique. Les témoignages pullulent, les photos des bateaux chargés ou en chargement sont publiés dans les quotidiens locaux, les trafiquants sont certainement identifiés, mais rien ne se passe sur le plan judiciaire et le saccage continue. Cela fait des années que cela perdure au point de se demander s’il existe encore beaucoup d’arbre debout.

 

Les réseaux sont connus, ils vont vers la Chine, en passant parfois par l’île Maurice.

 

Ces trafics de « matières et animaux » sont multiples : l’or, les tortues de terre, les batraciens, les hippocampes… Tant que Madagascar n’aura pas mis fin à ses turpitudes pour se rapprocher d’un Etat de droit, elle n’aura qu’un attrait relatif pour les investisseurs et demeurera en fin de classement du « Doing business » et de « transparency international ». Parler de développement semble alors bien dérisoire. A suivre.

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/24/bolabola-le-bois-qui-saigne_4562855_3244.html

 

Tananarive le 24/04/2015

 

Jean-Daniel Chaoui

Membre du bureau fédéral FFE

Conseiller consulaire Madagascar

Conseiller AFE Afrique