31. juil., 2017

Point de vue

Débat autour des propos d’Emmanuel Macron sur la fécondité africaine

Ce petit mot de dépit face aux déclarations de E Macron sur la natalité Africaine.

Je ne sais pas si E Macron est un véritable ignorant ou si ce sont ses conseillers mais ses récentes déclarations nous font passer pour des imbéciles. Il devrait pourtant savoir :

- Que l'Afrique n'est pas une entité homogène et que les disparités économiques et sociales d'un pays à l'autre sont énormes. Par exemple le taux de natalité va de moins de 2 à plus de 5

- Qu'il y a bien longtemps que les chiffres avancés ne sont plus d'actualité. Actuellement il est communément admis autour de 4.5.

- Que le fait d'avoir beaucoup d'enfants n'est pas la cause mais la réponse au sous développement.

- Que nos concurrents asiatiques se réjouissent de telles déclarations nous renvoyant au rôle des interventionistes indécrotables au niveau africain, allant jusqu'à vouloir gérer la vie sociale.

Lors de la fête du 14 juillet, un membre de l'ambassade de RDC m'a demandé si il arrivait à notre président de lire un journal !

Les journaux nationaux n'ont pas manqué de relayer ses propos.

J'ai également vu que l'Australie, la Nouvelle Zélande et d'autres se sont engouffrés dans la brèche allant jusqu'à se demander si notre président est raciste.

Merci pour nous E Macron !

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

On peut faire du "politiquement correct" mais les faits sont têtus : le Niger, qui avait 4 millions d'habitants au moment de son indépendance en a 20 millions aujourd'hui et devrait atteindre 50 millions autour de 2050, en prévoyant une baisse sensible de la fécondité (actuellement 7 enfants par femme). Si le Niger parvient à nourrir et à faire vivre décemment sa population dans les trente ans à venir et au-delà, tout va bien. S'il n'y arrive pas, qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce qu'on fait?

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

comme dit précédemment.'abord le Niger n'est pas l'Afrique et reste hors norme en Afrique.

Vous auriez pu citer les moyennes suivantes (2015)

Afrique du nord 2.8

Afrique du nord (Hors revenu élevé) 2.9

Afrique subsaharienne 4.9

Qui sont tous en baisse depuis les 8 dernières années

Vous auriez également pu citer l'Egypte que vous connaissez bien je crois 3.3.

Vous pouvez consulter les chiffres de la banque mondiale https://donnees.banquemondiale.org/

Si on descend encore plus dans le détail, pour la Namibie ou je réside par exemple le taux est actuellement de 2.36 et culturellement les blancs ont 2 fois plus d'enfants que les noirs ici. ALors qui faut il blâmer ici ? les riches blancs avaec beaucoup d'enfants ou les pauvres noirs sans enfants ?

Vous voyez le fait d'avoir une vision globale est une absurdité.

Quand je lis "Alors qu'est-ce qu'on fait ? " vous estimez donc avoir le droit de donner des leçons sur le modèle social d'un pays ? Et bien je comprends pourquoi les chinois construisent des routes et fabriquent les bâtiments en Afrique et pas nous, pourquoi Areva est parti piteusement et c'est une entreprise chinoise qui a repris la mine d'Uranium ici.

Je n'ose pas imaginer votre réaction si demain le Niger venait dire que la France serait incapable de résoudre ses problèmes migratoires et de retraite temps que les françaises n'auraient pas 5 enfants.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

un cas exceptionnel. Prenons ainsi le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, 45 millions d'habitants en 1960, 180 millions,  aujourd'hui, taux de fécondité 5,5 population estimée en 2050 autour de 400 millions.   Ou l'Egypte, 27 millions en 1960, 90 millions aujourd'hui (faux de fécondité 3,3, population estimée en 2050 150 millions, ou encore l'Algérie 12 millions d'habitants en 1960, 40 millions aujourd'hui, taux de fécondité 3,1, 56 millions estimés en 2050. 

Je ne donne pas de leçons, je ne dis pas ce qu'il faut faire, je souhaite beaucoup que tous ces pays s'en sortent bien, il y a d'ailleurs des signes encourageants comme la décroissance de la fécondité, mais ses effets ne sont pas immédiats, et le prochain demi-siècle sera compliqué à gérer