4. déc., 2019

Conseillers conseillers consulaires

Français de l’étranger.fr

Prérogatives des Conseillers consulaires, du nouveau ?

Mai 2020, fin de mandat pour les Conseillers consulaires et nouvelle élection. L'évènement motive les partis politiques engagés dans la compétition électorale. Dernières propositions en date, celles de LREM avec ses députés élus à l'Assemblée nationale.

Les propositions ci-dessous visent à élargir les prérogatives des prochains conseillers dont le rôle consultatif actuel limite considérablement l'efficacité.C'est une orientation intéressante visant à rapprocher progressivement le statut des élus à l'étranger des élus en France.

Le changement de nom est une bonne chose. La dénomination "Conseiller consulaire" prête à confusion, nombre de compatriotes pensant que les Conseillers consulaires sont des fonctionnaires du Consulat ! Conseillers Français de l'Etranger écarterait toute ambiguïté !

Je suis favorable à l'ensemble de ces propositions.

Jean-Daniel Chaoui
Conseiller consulaire Madagascar
Conseiller à l'Assemblée des Français de l'Etranger

 

Le rôle des conseillers consulaires pourrait changer

Publié le 24 novembre 2019 Par Nathalie Laville

Lors de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi sur l’Engagement dans la vie locale et proximité de l’action publique cette semaine, plusieurs amendements portés par les députés des Français installés hors de France, en particulier Paula Forteza, ont été adoptés. Ils concernent le rôle des conseillers consulaires.

– Il est proposé de changer l’appellation de conseiller consulaire, qui prête à confusion, pour des « conseillers français de l’étranger ».

– Il est proposé de leur attribuer la présidence du conseil consulaire.

– Il est prévu un soutien et un accompagnement de la part des postes consulaires et diplomatiques afin que le conseil consulaire puisse remplir son rôle décisionnaire. Il s’agit ainsi que l’administration apporte ainsi son soutien au rôle politique des conseillers.

– Donner davantage de visibilité aux conseillers en renforçant leurs prérogatives et en favorisant une meilleure reconnaissance de leur action sur le terrain. Il est proposé de leur confier la présidence des conseils consulaires et de de mander au chef de poste qu’il motive sa décision quand il ne suit pas l’avis des conseillers.

– Enfin, il est demandé à ce que ces conseillers puissent bénéficier d’une formation en lien avec l’exercice de leur mandat.