9. oct., 2013

Edito : La sécurité revient au centre du débat politique

Les règlements de compte à Marseille et en Corse et le braquage de la bijouterie à Nice ont ramené la sécurité au centre de l’actualité. Les déplacements, nombreux et médiatisés, des membres du gouvernement, montrent l’importance de l’enjeu au niveau sociétal mais surtout politique.

L’opposition, comme à l’accoutumé, s’empare de ce fléau, largement relayé par les médias, pour attaquer les choix du gouvernement en matière de justice et de traitement des délinquants. Tous avancent l’idée que les mesures présentées par la ministre Christiane Taubira ne seraient pas suffisamment dissuasives.

En situation de crise, les besoins d’ordre et de répression sont toujours exacerbés. Manuel Valls l’a bien compris et tente d’y faire face en multipliant les déclarations et les réponses au cas par cas, mais aussi avec la création de zones prioritaires de sécurité. Est-ce que cela suffit et suffira pour répondre à l’attente de la population ? Apparemment non, si l’on s’en tient aux sondages.

C’est évidemment affaire de communication, mais pas seulement. Il faudra proposer et mettre en place des mesures fortes et emblématiques pour persuader la population que nous agissons avec efficacité. Ce ne sera pas chose facile. Appel à l’armée, camp de rassemblement pour les petits délinquants… Des mesures sont avancées par certains parlementaires socialistes.

Quelque soit les choix, il faudra être encore plus présent pour gagner la bataille de l’opinion.

Le 18/09/2013
Jean-Daniel Chaoui
Président de l’UESRE