24. juin, 2015

Le « côté obscur » de la politique,

Avec cette nouvelle intervention sur les fuites d’eau, Nicolas Sarkozy (NS) confirme qu’il n’a pas changé, malgré ses dénégations, maintes fois répétées, comme pour essayer de s’en convaincre lui-même.  Sarko nous fait du Sarko, quoi de plus banal, il renouvelle « sa course à l’échalote » avec le FN de Marine Le Pen. Cela lui a réussi en 2007, et malgré l’échec de cette stratégie en 2012, il reprend ce chemin qui lui est coutumier. NS  représente à l’excès « le côté obscur » de la politique, celui pour lequel tout est permis pour arriver à ses fins, c’est-à-dire la conquête du pouvoir quelqu’en soient les moyens. Il laisse ainsi une place au centre de l’échiquier politique pour une droite humaniste et modérée dont Alain Juppé se pose en représentant. L’affrontement entre ces deux courants sera de plus en plus violent avec en ligne de mire, l’investiture à droite et au centre pour les présidentielles de 2017.

 

La remise en cause périodique du droit du sol s’inscrit dans l’obsession de NS de concurrencer le FN sur la problématique de l’immigration. Toutes les opportunités sont bonnes à prendre pour NS : un déplacement de Manuels Valls à Mayotte, un afflux de migrants en Europe. Réaffirmons avec force que la France est d’abord une communauté de destin pour tous ceux qui sont nés et qui vivent sur le territoire de la République, sans exception.

 

Les Français de l’étranger, bien que ne résidant pas sur le territoire national, font partie intégrante de cette communauté. Il est important que cela puisse se reconnaître dans l’attention que le gouvernement porte à leurs difficultés. Les nouvelles instances de la FFE sorties du Congrès de Poitiers auront pour tâche de repréciser des engagements devenus aujourd’hui, reconnaissons-le, « assez flous ».

 

Jean-Daniel CHAOUI

Membre du Conseil Fédéral FFE

Conseiller Consulaire Madagascar

Conseiller AFE Afrique