4. mai, 2015

Immigration et raison d’Etat, la "quadrature du cercle »

La réunion des chefs d’Etat européens a repris les vieux poncifs maintes fois entendus et que chacun sait globalement sans grand effet, un pansement sur une plaie béante : un peu plus de bateaux, un peu plus de surveillance, un peu plus d’argent, quelques centaines de migrants de plus à accueillir pour les pays membres. Est-ce que cela va changer quoi que ce soit à la situation ? Très peu de choses, quelques centaines de noyés en moins tout au plus.

 

L’Europe est pris en tenaille entre ses valeurs humanistes qui veulent que théoriquement, nous ne laissons pas sciemment les personnes s’autodétruire en disparaissant dans les profondeurs de la Méditerranée et la refus de mettre en place un quelconque dispositif qui encouragerait les candidats à l’immigration à tenter leur chance en étant toujours plus nombreux. La pression des mouvements populistes et d’extrême droite aidant, la raison d’Etat l’emporte sur la raison humanitaire, les migrants continueront donc à se noyer en méditerranée, c’est ainsi.

 

Car il n’y a aucune possibilité que cela cesse. La misère sévit toujours dans les pays du Sud, et les conflits récurrents jettent sur les routes des populations en déshérence à la recherche d’un lieu d’espoir, au risque d’y perdre leur vie qui est déjà très aléatoire.

 

Y-a-t-il une solution ? Sans doute mais elle relève de l’incantation ! Résoudre les conflits, développer les pays du Sud en créant de la richesse et la partageant, démocratiser les régimes politiques, « la quadrature du cercle ».

 

Tananarive, le 26/04/2015

 

Jean-Daniel Chaoui

Membre du Bureau Fédéral FFE

Conseiller consulaire Madagascar

Conseiller AFE Afrique