Blog

24. févr., 2015

Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour visualiser le communiqué de presse du 20 février

 

le communiqué de presse du 20 février

 
24. févr., 2015
10. janv., 2014

Corruption – Transparency International :

Madagascar, la dégringolade continue:

127e/177 pays


« La Haute Cour en France vient de décider que la T.I. peut poursuivre les gros poissons dans tous les pays du monde, afin de combattre l’impunité », rassure le Président du T.I. à Madagascar, Alex Rafamantanantsoa.

 

Malgré l’existence de divers organismes anticorruption dans le pays, la chute continue pour Madagascar au niveau international. 

 

 

Le Transparency International a rendu son verdict hier, en matière de corruption au niveau international, dont Madagascar, suivant l’Indice de Perception de la Corruption 2013(IPC), au Café de la Gare Soarano. Suivant les explications de Solofo Rakotoseheno, Trésorier au sein de T. I., 177 pays membres, dont le Sud Soudan qui vient de faire son entrée cette année, Madagascar est au 127e rang mondial. Si la note varie de 0(extrêmement corrompu) à 100 (extrêmement intègre), Madagascar a la note 28/100.  «Le niveau de corruption du pays a augmenté cette année. Ce qui fait que Madagascar fait partie des pays qui ont chuté », a expliqué pour sa part, le Président du T.I. à Madagascar, Alex Rafamantanantsoa. Autrement dit, la dégringolade continue pour le pays. Ceci, parce qu’en 2012, le pays était au 118e rang mondial sur 176 pays membres du Transparency International. Ce, avec une note de 32/100. En effet, étant donné que c’est un organisme international anticorruption, ses sources d’informations sont toutes autant des organismes internationaux, au nombre de huit, mais qui sont toutefois présents sur le territoire malgache, entre autres, la Banque Africaine pour le Développement (BAD), la Banque Mondiale, Political Risk Service, Word Economic Forum, Economist Intelligence, etc. Et d’après les précisions, cette année, Madagascar est sur le même stade que Comores, Gambie, et Mali. Ce qui explique d’ailleurs cette vraie transparence. Le Bianco dans tout cela, étant un collaborateur du T.I. par le biais du Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC), affirme son Directeur Général, le Gal Faly Rabetrano, que son entité mène actuellement des combats difficiles contre les gros poissons. « Chez nous, pour lutter contre la corruption, il faut d’abord élaborer une politique nationale claire avec beaucoup de moyens », rajoute-t-il.

 

8/100. Quoi qu’il en soit, il faut signaler que même si la situation est aujourd’hui assez alarmante, l’on pourrait toujours espérer que le pays progresse, à considérer la situation d’autres pays africains ayant de très mauvaises notes, soit 8/100, à savoir la Somalie, la Corée du Nord, et l’Afghanistan. En revanche, pour le moment, atteindre la place de certains pays comme le Danemark et la Nouvelle Zélande: 91/100, demeure encore un grand rêve pour Madagascar. Pour le Sud Soudan qui vient d’intégrer le Transparency International, il est actuellement à 14/100. Pour plus d’informations sur la corruption dans le monde, Transparency International est sur Twitter : www.twitter.com/anitcorruption ou sur Facebook.

 

Arnaud R.

Midi Madagascar, 4/12/2014