29. janv., 2020

Vanf antranonkala

VANF ANTRANONKALA : Mémoire contre amnésie et révisionnisme

 Le 27 janvier 1945, les soldats de la 60ème Armée soviétique ouvraient le portail d’Auschwitz. Pour ne jamais oublier de quelles horreurs peut être capable le genre humain, l’Humanité repentante commémore la date de libération d’Auschwitz, le plus grand des camps de concentration nazis où 1.100.000 hommes, femmes et enfants, perdirent la vie. Dont 600 malchanceux exécutés le dernier jour, «pour la route», par les SS qui s’enfuyaient.

 Depuis au moins trente ans que je regarde les documentaires sur l’Holocauste, j’apprends chaque fois encore quelque chose de nouveau. Tant il est impossible de faire le tour exhaustif des mille petits détails de cette horreur inhumaine qu’allaient pourtant prolonger les génocides khmer, serbe et rwandais. 

 Pour la presse, un sujet qu’on dépoussière chaque saison est un marronnier. Mais, le projet hitlérien d’extermination des Juifs, «La solution finale», n’est pas un marronnier bouche-trou. C’est un crime contre l’Humanité dont certains, pas tous, théoriciens et exécutants avaient été jugés et exécutés par les procès de Nuremberg.

 «Celui qui sauve une vie, sauve l’Humanité» : cette phrase du Talmud avait été gravée par des déportés Juifs au dos d’une médaille qu’ils allaient offrir à Oskar Schindler. Ce dernier,  pourtant membre du parti National-socialiste, sauva un millier de Juifs, affectés comme ouvriers dans ses usines en Cracovie et Moravie d’une déportation fatale à Auschwitz. Arrêté plusieurs fois par la SS, qui ne put prouver ses manoeuvres frauduleuses pour enrôler toujours plus de Juifs sous sa protection. En 1945, il quitta l’Allemagne avec un groupe de «ses» Juifs. Un fonds de charité juif l’aida à s’établir en Argentine en 1949. En 1962, Oskar Schindler se vit decerner le titre de «Juste parmi les Nations» par Yad Vashem. À sa mort en 1974, ruiné et anonyme, sa dépouille fut «rapatriée» en Israël. 

 Le film «La liste de Schindler» (1993, Steven Spielberg) porta les actes d’Oskar Schindler à la connaissance du grand public. Le travail de mémoire, c’est aussi une démarche de sensibilisation. Yad Vashem, le Mémorial de la Shoah à Jérusalem, qui accueille un million de visiteurs par an, réunira une quarantaine de leaders internationaux ce jeudi 23 janvier.