Blog

9. mai, 2014

n¤ 93332, 02/05/14

9. mai, 2014
9. mai, 2014

Jean Daniel Chaoui : « Je suis le seul élu à

développer le deuxième volet »


 

Jean-Daniel CHAOUI est Conseiller élu représentant les Français de Madagascar et de l’Océan Indien depuis 2009. Il est aussi Président de l’Association Français du Monde- ADFE Madagascar. Dans le cadre de son mandat, il vient d’effectuer un déplacement sur l’axe Sud, déplacement qui l’a mené de Tananarive à Antsirabe, puis à Fianarantsoa et Tuléar. Midi Madagascar l’a rencontré pour recueillir ses impressions : interview.

 

Midi Madagascar : quel était l’objet de votre mission sur l’axe-Sud ?

 

Cela fait partie du mandat d’un Conseiller représentant les Français de Madagascar que d’aller à la rencontre de ses compatriotes résidant dans la grande île, pour connaître les réalités et les difficultés qu’ils rencontrent. C’est ce que j’ai fait durant ce déplacement en passant deux jours dans chacune des trois villes.

 

Midi Madagascar : concrètement, en quoi consistait votre séjour dans ces trois villes ?

 

Lorsque je me déplace, je rencontre les responsables du « dispositif français » et je visite les représentations ou établissements français ou assimilés : consulat, collège français, Alliance Française. J’organise une réunion où j’invite mes compatriotes résidents et je réserve une demi-journée pour recevoir les personnes individuellement. C’est un travail complet qui me permet d’avoir une idée précise de la situation de la communauté française en quittant la ville. Je visite aussi quelques entreprises ou écoles locales.

 

Midi Madagascar : quelle utilisation faites-vous des informations ainsi recueillies ?

 

Elles sont nécessaires pour participer efficacement aux commissions qui se tiennent au Consulat général de France à Tananarive. Lors de ces réunions, je sais ainsi de quoi je parle et je peux participer à prendre des décisions pertinentes. J’interviens aussi auprès de l’administration française concernant les dossiers qui m’ont été confiés par les personnes rencontrées.

 

Ce sont les deux volets du mandat d’un élu : le travail institutionnel auprès des autorités et la présence sur le terrain. Je suis le seul élu à développer le deuxième volet et c’est bien dommage.

 

Midi Madagascar : pourquoi dites-vous que vous êtes le seul à remplir les deux volets de ce mandat de Conseiller ?

 

Ce mandat est exigeant. Il faut être disponible. Je le fais à plein temps. Je loue un bureau et trois personnes travaillent avec moi, une secrétaire et deux assistants qui reçoivent les personnes tous les matins 5 jours sur 7. Je tiens personnellement une permanence tous les lundis. Je reçois ainsi plus de 600 personnes par an au siège de l’association Français du Monde- ADFE Madagascar à Ampandrianomby. Je suis en contact avec mes correspondants en province qui sont Présidents des représentations FDM-ADFE Madagascar dans toute l’île. Aucun autre Conseiller n’a une telle implication ni un tel dispositif.

 

Midi Madagascar : quand est-ce que votre mandat se termine ?

 

Le mandat de Conseiller se termine le mois prochain et des élections seront organisées le dimanche 25 mai dans les principales villes de Madagascar. J’invite les compatriotes à se renseigner auprès de leur consulat. Il est important que tous les Français résidant à Madagascar aillent voter pour élire leurs représentants localement. Il y aura plusieurs listes. Je conduis la liste Français du Monde Madagascar qui est présente dans toute la grande île.

 

Midi Madagascar : un mot concernant l’Association Français-du Monde-ADFE Madagascar que vous mentionnez ?

 

C’est une association citoyenne loi 1901, reconnue d’utilité publique par l’administration française, qui assiste et conseille les Français dans leurs démarches. Nous traitons une multitude de dossiers : demandes de Certificat National Français, transcriptions d’acte d’état civil, bourses scolaires, problèmes sociaux et de santé, mariages, formations,…Nous orientons nos interlocuteurs vers des partenaires et signalons les situations sensibles au Consulat Général.

 

Dans chaque capitale provinciale, une représentation locale de l’association effectue un travail similaire à ce que nous faisons à Tananarive et remonte au siège les dossiers difficiles. Nous faisons appel au siège mondial à Paris ou à nos sénateurs lorsque cela est nécessaire. C’est donc une organisation structurée et efficace – Français du Monde ADFE Madagascar avait en 2013 plus de 250 adhérents-.

 

Midi Madagascar : l’élection du 25 mai 2014 est-elle une élection politique ?

 

Si l’on se réfère à cette interview, à aucun moment, je n’ai fait référence à la politique. J’ai parlé d’implication, d’efficacité, de compétence, de dispositif. C’est une élection locale. Les Français votent d’abord pour ceux qui travaillent et qui ont la capacité de les représenter efficacement.

9. mai, 2014