Blog

21. août, 2020

Si vous voulez visionner l' article intitulé : "Laeticia annonce un  "accord définitif" avec Laura Smet" ; cliquer ici

9. juin, 2020

Si vous voulez visionner l'article intitulé : "Blues : Lucky Peterson est mort brutalement à 55ans" ; cliquer ici

3. avr., 2020

Le saxophoniste camerounais Manu Dibango est la première célébrité mondiale à mourir du coronavirus. En 1972, il était l’auteur-compositeur du «Soul Makossa», en face B d’un 45 tours commandé pour la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun. Dix ans plus tard, Michael Jackson, bercé par le le morceau durant les «quart d’heure africain» des studios de New York, en fera le plagiat dans «Wanna be startin’Something» de l’album «Thriller» en 1982, le plus grand succès musical de tous les temps : 104 millions d’exemplaires vendus en vingt-cinq ans. Jusqu’en 2009, où Manu Dibango sera débouté de sa plainte contre les maisons de disques Sony-BMG, Warner et EMI.

«Mama-koo Mama-ssa Mama-koossa» par Michael Jackson, Rihanna, Will Smith : le phrasé et le rythmé de Manu Dibango seront repris à de nombreuses reprises, sans autorisation ni royalties. Commentaire fataliste de l’intéressé : «Cela fait revivre la chanson. C’est devenu un standard».

Même «Les Enfoirés», dans leur disque 2009 au profit des Restos du coeur, avaient également négligé Manu Dibango. Commentaire cette fois amer du «Négropolitain» : «C’est ça qui me fait le plus mal. Ça fait soixante ans que je vis en France. J’ai même travaillé avec certains artistes qui sont dans Les Enfoirés, et ils m’oublient».

Sur la pochette de l’album Wakafrika de 1994, le graphiste avait fait prendre à Manu Dibango une pose qui dessine la silhouette de l’Afrique. Pourtant, parti du Cameroun à 15 ans, Manu Dibango aura vécu plus longtemps en France et aux États-Unis qu’en Afrique, même si la légende retiendra qu’il avait été à la tête de l’orchestre national de la radio-télévision de Côte d’Ivoire ou lancé la mode du twist dans la capitale du Congo-Kinshasa. De ses relations ambiguës avec «les Afriques», Manu Dibango devait d’ailleurs dire : «Chacun de mes séjours en Afrique s’est soldé par son lot de désillusions et de blessures».

L’auteur de «Mama-koo Mama-ssa Mama-koossa» était hospitalisé depuis le 18 mars dans un hôpital parisien. Son décès atteste un peu plus de la réalité du coronavirus et de ses ravages.

10. mars, 2020

Si vous voulez visionner l'article intitulé, " Album: Lady Gaga a annoncé la sortie de "Chromatica"; cliquez ici

26. juil., 2019

Midi Madagascar

Le 8 juillet 2019