Blog

27. sept., 2017

 

Le groupe Nouvelle Gauche, atterré, a pris connaissance de la scandaleuse campagne de communication du MEDEF sur l'éducation. 

 Le slogan "Si l'école faisait son travail j'aurais du travail" n'est pas  une "blague nulle" comme le dit le MEDEF qui cherche à relativiser la portée de son expression. Elle dit le mépris de cette organisation pour les milliers de personnels de l'éducation qui chaque jour, dans des conditions qui relèvent parfois du sacerdoce, assument la délicate mission d'emmener nos enfants vers la citoyenneté et l'emploi. 

 Elle dit surtout l'irresponsabilité d'une organisation qui trouve toujours de nouveaux coupables pour s'exonérer de sa propre absence de résultats. On attend encore de monsieur Pin's qu'il honore sa promesse de création d'un million d'emplois. 

 Au delà il est grand temps que les responsables publics, chacun à leur place et dans leur rôle, respectent celles et ceux qui, quotidiennement, créent du lien social. À force de stigmatiser les enseignants, les fonctionnaires, les agents des services publics, les salariés en emplois aidés, les associations, les élus, c'est au ciment de notre Nation que l'on s'attaque. 

 Nous assurons l'ensemble de la communauté éducative de notre confiance et de notre soutien et appelons au retrait immédiat de ces visuels ainsi qu'aux plates excuses du MEDEF.

25. juil., 2017

La Tribune

Education : les parents français dépensent 3 fois moins que la moyenne mondiale

Par Hugo Baudino  |  30/06/2017, 7:00  |  429  mots

En matière de coût de l'éducation, les parents français sont les mieux lotis. (Crédits : Statista) Les parents français payent, grâce au système éducatif public, peu pour l'éducation de leurs enfants, surtout en comparaison avec d'autres pays du globe. Cela ne suffit pourtant pas à les rassurer sur l'avenir de leur progéniture.

S'il est souvent de bon ton de critiquer le système éducatif français, il est nécessaire de rappeler son avantage incontestable : son coût. Selon l'étude "Value of Education" réalisée par HSBC, dont les résultats ont été publiés ce 29 juin, les parents français sont ceux qui dépensent le moins pour l'éducation de leurs enfants, parmi les 18 pays étudiés.

Sur l'ensemble des pays de l'étude, la moyenne des dépenses annuelles que les parents réservent à l'éducation de leurs enfants est de 39.500 euros. En France, la moyenne tombe à 14.708 euros. Et c'est la gratuité de l'école qui rend cet écart possible. En effet, 81% des parents français, interrogés dans le cadre de l'étude, ont fait le choix d'inscrire leur enfants dans l'enseignement public, alors que dans l'ensemble de l'étude, seulement 46% des parents scolarisent leurs enfants dans le public.

La France moins chère que l'Inde et le Mexique

La France est donc moins chère, en matière d'éducation, que des pays comme l'Inde (16.646 euros), l'Indonésie (16.500 euros), le Mexique (20.081 euros) ou encore le Royaume-Uni. Et elle est beaucoup moins coûteuse que Hong-Kong,  qui arrive en tête du classement avec 116.344 euros dépensés en moyenne par an !

Pour estimer ces dépenses annuelles en matière d'éducation, l'étude d'HSBC porte sur les parents d'enfants scolarisés de l'école primaire à la licence (Bac +3) et prend en compte "tous les coûts liés à l'enseignement : les frais de scolarité, les fournitures nécessaires, le transport, le logement, les voyages scolaires, etc."

L'étude d'HSBC révèle également que les parents français sont les "premiers à déclarer qu'ils font des sacrifices personnels pour la réussite de leurs enfants (92% contre 82% pour la moyenne générale)". Cela peut sembler paradoxal au vu du faible coût de l'éducation en comparaison avec les autres pays, mais l'impression est bien réelle. Ainsi, 35% d'entre eux se déclarent "prêts à abandonner une passion" et 19% ont "drastiquement réduit leurs activités de loisirs".

Les parents français sont également beaucoup moins optimistes que les autres parents quant à l'avenir de leurs enfants : seulement 42% sont ainsi confiants dans le fait que leur enfant aura un futur radieux, alors que la moyenne globale est de 75%. La gratuité, ou le faible coût, de l'éducation n'achète donc pas tout...

> Lire aussi : La France fait un bond au classement des meilleurs pays pour l'expatriation

 

4. févr., 2015

Education, jeunesse, citoyenneté, laïcité: l’Etat se mobilise

Claudine Lepage, Sénatrice représentant les Français établis hors de France, a posté le message ci-dessous dans son blog. Il me semble intéressant de relayer ce type d'information. Vous pouvez aussi interroger le chef d'établissement de l'école Française de votre ville sur les applications qui seront faites sur place par rapport à ce projet.  C'est un sujet qui me semble d'utilité publique. Le lien : http://claudinelepage.eu/?p=13596 .

 

888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

Education, jeunesse, citoyenneté, laïcité: l’Etat se mobilise

Posté le 30 janvier 2015

"Après les attentats qui ont visé le cœur des valeurs républicaines, la mobilisation du peuple français est porteuse d’une exigence vis-à-vis de l’ensemble de la société, et singulièrement de l’École dont le rôle et la place dans la République sont inséparables de sa capacité à faire vivre et à transmettre la laïcité".

 

C'est ainsi que s'est exprimée la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, après les terribles journées qu'a connues la France en début de mois.

 

A l'issue de plusieurs jours de consultations autour des valeurs de la République, Najat Vallaud-Belkacem a présenté une série de onze mesures de la grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République, pour un budget de 250 millions d'euros sur trois ans.

 

Ces 11 mesures s’articulent autour de quatre grandes orientations:
- il convient d'abord de mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation de l’École, en renforçant la transmission des valeurs de la République, mais aussi en rétablissant l'autorité des maîtres et les rites républicains. Enfin,  un nouveau parcours éducatif est créé, de l'école élémentaire à la terminale : le parcours citoyen.
- Il faut aussi développer la citoyenneté et la culture de l’engagement avec tous les partenaires de l’École. Cet objectif sera atteint en associant pleinement les parents d'élèves et en développant les temps d'échange avec eux, et en mobilisant toutes les ressources des territoires.
- Le sentiment d’appartenance dans la République sera, en outre, renforcé en combattant les inégalités et en favorisant la mixité sociale. Pour cela, un chantier prioritaire pour la maîtrise du français sera engagé, la mise en œuvre du plan de lutte contre le décrochage sera accéléré, les actions contre les déterminismes sociaux et territoriaux seront renforcées. Une action spécifique en faveur des publics les plus fragiles sera également mise en œuvre.
- Enfin, l’Enseignement supérieur et la Recherche sera lui aussi mobilisé, d’abord pour éclairer la société dans son ensemble sur les fractures qui la traversent et sur les facteurs de radicalisation et ensuite pour renforcer la responsabilité sociale des établissements d'Enseignement supérieur.

 

Certaines de ces mesures sont certes déjà connues et parfois appliquées. Je pense, par exemple à l'enseignement moral et civique, inscrit dans la loi sur la Refondation de l’École, ou encore au rétablissement de l'autorité des maîtres.  Mais il s'agit alors  de les renforcer ou de leur donner un nouveau souffle.


Et je salue particulièrement deux mesures symboliquement très fortes: une réserve citoyenne d’appui aux écoles et aux établissements, sur le modèle de la réserve citoyenne de la Défense, sera ainsi créée dans chaque académie sous l’autorité des recteurs. Pourront y participer les personnes désireuses d’apporter leur concours aux missions de l’École, telles que les bénévoles d’associations partenaires au plan local et les délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN). Une journée de la laïcité sera instituée le 9 décembre, date de l'adoption de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État.

 

Consulter ici la brochure reprenant les principales mesures et lire sur le site du Ministère de l’Éducation nationale le détail de ces mesures.

 

 

18. déc., 2014
18. déc., 2014