24. nov., 2016

Renouvellement du visa et de la carte de résident

Français de Madagascar

La communauté française mobilisée s’agissant du renouvellement du visa et de la carte de résident à Madagascar.

 Jean-Daniel Chaoui préside « Français du Monde Madagascar », organisme de la société civile très actif dans l’appui administratif et le conseil au service des Français résidents dans la grande île, mais aussi des citoyens malgaches à la recherche d’informations. Cette association reçoit du lundi au vendredi, dans ses bureaux situés à Ampandrianomby (tél 22 597 96 et 032 40 283 36). Nous l’avons rencontré s’agissant du renouvellement du visa et de la carte de résident imposé  aux étrangers à Madagascar.

Midi Madagascar (MM) : Le gouvernement malgache a décidé d’imposer à tous les étrangers résidents le renouvellement de leur visa et de leur carte de séjour afin de remplacer les anciens documents par une carte biométrique. En quoi cela peut-il poser un problème ?

Français du Monde Madagascar (FdMM) : La décision de changer les cartes actuelles par des cartes biométriques relève d’un pays souverain et n’est aucunement contestée par la communauté française. Cela permettra aux autorités malgaches de mieux maîtriser l’administration des étrangers à Madagascar. Cet objectif est légitime. La mise en œuvre de cette décision entraîne, pour les personnes concernées, de devoir se désaisir de leur visa et de leur carte en cours de validité, pour les remplacer par  des nouveaux documents en acquittant une seconde fois des droits. Cela revient donc à faire payer deux fois la même chose ce qui, sur le plan du droit et de l’équité, ne peut se concevoir.  Le problème qui est apparu porte donc, non pas sur le fond, la mise en place d’une carte biométrique, mais sur la mise en œuvre de la mesure.

MM : Pourquoi FdMM s’intéresse-t-il à ce sujet  du renouvellement du visa et de la carte de résident ?

FdMM : Notre association s’intéresse à tous les sujets concernant la communauté française à Madagascar. C’est son objet citoyen. La plupart du temps, ces sujets concernent plutôt les autorités françaises, mais parfois, comme pour ce cas, les sujets peuvent concernés les autorités malgaches.

MM : Concrètement, quelle action a entrepris FdMM sur ce point précis des renouvellements ?

FdMM : Nous avons été interpellés par des compatriotes et des adhérents qui nous ont écrit, téléphoné aussi, ou sont venus à notre bureau à Ampandrianomby. Après avoir étudié et constaté ces difficultés, nous avons pris lien avec l’Ambassade de France et le Consulat général pour leur faire part de l’iniquité de la situation constatée et leur demander d’intervenir auprès des autorités malgaches.  Parallèlement,  nous avons engagé une pétition auprès de nos compatriotes. Celle-ci a rencontré un réel écho puisque nous avons reçu 289 lettres en réponse. Afin de respecter la souveraineté de Madagascar, cette pétition était adressée à Madame l’Ambassadeur de France pour lui demander d’intervenir auprès des autorités malgaches. Nous souhaitions le respect de la validité de la carte en cours et donc de ne pas avoir à repayer des droits déjà acquittés. )  Nous souhaitions un taux de change  entre l’ariary et l’euro proche de la réalité  (celui du Ministère de l’intérieur est proche de  4200 ar pour 1 euro et nous souhaitions une prolongation de la date limite de renouvellement.

MM : Avez-vous obtenu satisfaction ?

FdMM : J’ai rencontré, le vendredi 4 novembre, à ma demande, Madame l’Ambassadeur de France et le Consul général. Je leur ai remis les 285 lettres recueillies par la pétition. Les autorités françaises ont fait un travail de sensibilisation remarquable auprès des autorités malgaches qui se sont montrées à l’écoute. Un communiqué sera diffusé prochainement sur le site de l’ambassade. Devraient être précisé les points suivants : il serait possible de  renouveler la carte de séjour uniquement pour la durée restante de validité en cours. Dans ce cadre, le renouvellement serait considéré comme un duplicata biométrique, les droits de visa seraient réduits à 150 000 ar, les droits de délivrance des cartes de résident seraient réduits à 228.67€. C’est une avancée importante qui prend mieux en compte la réalité.

MM : quelle conclusion en tirez-vous ?

FdMM : Le sentiment d’avoir agi dans l’intérêt général. Le constat aussi qu’une Association représentative et active comme Français du Monde Madagascar est nécessaire. Je remercie l’Ambassadeur et le Consul général pour leur mobilisation réelle et mal connue, et les autorités malgaches pour leur écoute et leur compréhension. On peut faire avancer les choses positivement dans le dialogue. Pour plus d’information sur le sujet, voir le blog de FdMM.