Blog

3. août, 2017

Le Figaro

Marcelo Wesfreid le 21/07/2017

MARTIN BUREAU/AFP Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner (AFP)

LE SCAN POLITIQUE - Le porte-parole du gouvernement n'a pas mâché ses mots contre le général Pierre de Villiers, qu'il accuse d'avoir «mis en scène sa démission»

Alors que le chef de l'État, en visite hier sur la base aérienne de dissuasion nucléaire d'Istres, essayait tant bien que mal d'apaiser l'ire des militaires, après la démission du général Pierre de Villiers du poste de chef d'état-major des armées (cema), le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner n'a pas mâché ses mots, dans des déclarations au Figaro.

«Le chef d'état-major a été déloyal dans sa communication, il a mis en scène sa démission», déplore Castaner. Manifestement, la lettre d'adieu du général sur Facebook, ainsi que la teneur de son communiqué de départ, n'ont pas été appréciés. L'exécutif avait demandé au général de patienter en silence pendant deux jours avant de rendre public sa décision, afin de lui trouver un remplaçant. Le nom de François Lecointre a été officialisé le mercredi 19 juillet, en conseil des ministres.

«Le départ de Pierre de Villiers n'a rien à voir avec son audition par la commission de la Défense, le 12 juillet, même si Pierre de Villiers aurait pu s'imaginer que ses propos allaient fuiter, à moins de manquer d'expérience», a confié le porte-parole du gouvernement. Et d'ajouter: «C'est son comportement qui a été inacceptable. On n'a jamais vu un chef d'état-major s'exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s'est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires». Christophe Castaner évoque également «la confiance réciproque» qui a fait défaut dans la relation entre l'ancien Cema et le président de la République.

Les propos cinglants du porte-parole du gouvernement, par ailleurs connu pour sa proximité avec Emmanuel Macron, n'ont pas tardé à faire réagir la classe politique. Le secrétaire général du Front national Nicolas Bay a vivement réagi sur France Info: «Castaner tente de jeter l'opprobre sur le général De Villiers qui à aucun moment n'est sorti de son devoir de réserve.» Même tonalité pour Florian Philippot, interrogé ce matin sur BFMTV: «Le gouvernement continue d'humilier cet homme, ce très grand soldat». Chez les Républicains, l'ancien ministre Thierry Mariani a tweeté des propos «mesquin, indécent, déplacé»

De son côté, le PS n'a pas tardé à réagir dans un communiqué: «Visiblement furieux que personne ne soit venu en appui de sa stratégie d'humiliation publique, l'Elysée envoie «son» porte-parole délivrer le fond de la pensée présidentielle. Le «en même tempisme» est peut-être un mode efficace de conquête du pouvoir. Mais il ne se prête clairement pas à son exercice. Décidément, cet épisode n'aura grandi personne

 

2. août, 2017

Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, en conflit avec le président Emmanuel Macron au sujet du budget de la Défense, a démissionné mercredi, une semaine après avoir été brutalement rappelé à l'ordre par le chef de l'Etat.

"Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j'ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l'a acceptée", écrit le général de Villiers dans ce communiqué.

Conflit ouvert avec Macron


Le maintien ou non en poste du chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, agitait depuis plusieurs jours les milieux militaires, alors qu'Emmanuel Macron a multiplié les rappels à l'ordre à son égard. Le chef de l'État lui a reproché des critiques sur le budget de la défense. Bercy a réclamé 850 millions d'euros d'économie cette année aux armées, dans un contexte de serrage de vis budgétaire global en 2017, avec une baisse prévue de 4,5 milliards d'euros des dépenses de l'Etat.

"Menaces sur la France"


"J'ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d'armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l'Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d'augmenter et les moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour les remplir", déclare le général de Villiers, en rappelant qu'il assumait les responsabilités de chef d'état-major depuis trois ans et demi. "Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n'a jamais cessé d'être le fondement de ma relation avec l'autorité politique et la représentation nationale, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité" ajoute-t-il.

Selon France 2, c'est la première fois qu'un chef d'état-major des armées présente sa démission sous la Ve République.

La Vérité

Le 20/07/17

7sur7

25. sept., 2015