Blog

1. oct., 2015

Une bouffée d’oxygène pour les caisses de l’État. La France vient d’annoncer le versement de dix millions d’euros à titre d’aide budgétaire au profit de Madagascar. L’information a été annoncée par un communiqué diffusé par l’ambassade de France sur son site web. Elle concrétise donc la déclaration faite par Véronique Vouland-Aneini, nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française à Mada­gascar, il y a quelques jours.


« Ce prêt doit permettre de desserrer la contrainte de trésorerie en favorisant la mise en œuvre des budgets à forts impacts sociaux comme la santé et l’éducation. Il libère également un espace budgétaire participant au désendettement de l’État  au bénéfice de la reprise des activités économiques », stipule ce communiqué.


Ces aides budgétaires sont des fonds qui vont directement dans le budget de l’État. Elles sont donc affectées directement à des dépenses spécifiques qui devraient toucher les investissements publics prévus dans le programme du gouvernement. La France fait partie des rares partenaires bilatéraux de la Grande île qui contribuent à l’aide budgétaire aux côtés, entre autres, des partenaires multilatéraux comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’Union européenne. En janvier 2009, tous ces partenaires avaient décidé de suspendre l’octroi des aides budgétaires suite aux recommandations du Fonds monétaire international. Ce dernier avait constaté des anomalies a réclamé des explications au gouvernement malgache de l’époque sur la gestion des finances publiques du pays.


Les aides budgétaires n’ont effectivement repris qu’après le retour à  l’ordre constitutionnel  en 2014. La France, à elle seule, s’était engagée à participer à hauteur de quarante millions d’euros, dont vingt ont déjà été versés au début de cette année. La date de versement des dix millions restants est encore à définir.


Faudrait-il attribuer le mérite de ce déblocage au Premier ministre à l’heure où les bailleurs de fonds semblent traîner des pieds pour débloquer leurs aides   Une question qui a toute son importance avec un remaniement qui semble imminent. Dans le communiqué, l’ambassade de France a pris soin de préciser que ce versement fait suite aux échanges qui ont eu lieu à Paris le 5 septembre entre Jean Ravelo­narivo, Premier ministre malgache et son homologue français Manuel Valls.

 

Mahefa Rakotomalala, "l'Express de Madagascar", 19/09/15