1. août, 2017

Défis démographiques

Récemment, une déclaration du Président français Emmanuel Macron avait fait bondir les chercheurs, les démographes, les analystes et les faiseurs d’opinion en Afrique. C’était à propos du lien entre la natalité et le développement du continent africain. C’était le 8 juillet, en marge du sommet du G20. À la question, «combien les pays du G20 sont prêts à mettre dans l’enveloppe pour sauver l’Afrique ? », le Président français a alors répondu, entre autres, que « quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ».


Comme il fallait s’y attendre, les réactions ont été à la hauteur de la déclaration, notamment en Afrique Francophone. Et pour cause, les liens « indéfectibles » entre la nation française et l’Afrique font que, chaque pas, d’un côté comme de l’autre, soit scruté à la loupe. La thèse sur le développement du continent africain et la démographie ne datent d’ailleurs pas d’aujourd’hui, mais chaque fois que le sujet est remis sur le tapis, une polémique sans que l’on arrive à se mettre d’accord.


À la suite de cette déclaration, il y a, toutefois, un fait à prendre en compte. En effet, lorsqu’un pays nous offre des aides, des dons ou encore des soutiens, quels que soient les termes utilisés, il est courant qu’il scrute de près où va son argent, et par ricochet donne parfois, si ce n’est souvent, des leçons de gouvernance. Il appartient, par la suite, au pays concerné de suivre ou pas à la lettre ses « recommandations » avec tous les risques que cela comporte.


Au-delà de la polémique, il faut aussi arrêter de se voiler la face et faire face à une évidence. L’Afrique, les démographes s’accordent sur ce point, c’est le taux de fécondité le plus élevé du monde, dont la moyenne globale est de 2,5. Dans la région méditerranéenne, le taux est de 3,5, tandis qu’en Asie, le taux est de 2,4. Il semble, par ailleurs, que le taux de renouvellement de population, permettant de rester à un niveau similaire, est de 2,05 enfants par femme. Sauf que le taux africain est lui-même très variable d’un pays à l’autre. Ainsi le Niger détient le record avec un taux de fécondité de 7,6 enfants par femme, tandis que celui de l’Afrique du Sud, de la Tunisie, du Maroc et de la Libye est à 2,4. L’île Maurice a le taux de fécondité le plus bas du continent avec 1,4 enfant par femme.


Quoi qu’il en soit, s’il y a une part de vérité dans cette assertion, il faut, toutefois, arrêter cette manie de mettre l’Afrique dans un même sac. Car, s’il est vrai que le Continent continue de renfermer une grande partie des pays qui accumulent des retards, il existe quand même ceux qui arrivent à assurer leur développement.


Comme le disait Nicolas Meda, le ministre burkinabé de la santé, « C’est aux femmes africaines de décider combien elles veulent d’enfants, quand et avec qui ».
D’ailleurs, les milliards d’euros dépensés en Afrique ne vont pas directement à cette population dont le président français en parle. Pour le cas de Madagascar, une grande partie est engloutie au sein des sociétés d’État, un tonneau de Danaïdes selon l’expression de l’ancien ambassadeur François Goldblatt, dont les résultats sont connus de tous aujourd’hui.

L'Express de Madagascar

Le 26/07/17

Par Mbolatiana Raveloarimisa