5. mars, 2018

Elections

Ingérence électorale : treize Russes inculpés aux Etats-Unis

L'enquête sur l'ingérence russe dans la politique américaine a mené à l'inculpation de treize Russes par la justice américaine, hier.

La justice américaine a frappé un grand coup vendredi en annonçant l’inculpation de treize Russes, dont un proche de Vladimir Poutine, et trois entités russes pour avoir interféré dans le processus politique américain en favorisant la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle de 2016.

Tous les inculpés sont accusés de complot en vue de tromper les États-Unis, trois d’entre eux sont accusés également de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d’identité, selon un communiqué du procureur spécial chargé de ce dossier, Robert Mueller.

L’enquête n’a toutefois pas de preuve que cette campagne de propagande a eu un impact sur le résultat de l’élection, a précisé devant la presse le no 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein. Il a aussi souligné qu’aucun Américain n’avait « participé sciemment à cette activité illégale ». « Les accusés auraient mené ce qu’ils appellent une guerre de l’information contre les États-Unis, avec le but affiché de répandre la méfiance à l’encontre des candidats et du système politique en général », a affirmé M. Rosenstein.

Il a aussi souligné qu'aucun Américain n'avait "participé sciemment à cette activité illégale"

L'acte d'accusation

"Les accussés auraient mené ce qu'ils appellent une guerre de l'information contre les Etats-Unis, avec le but affiché de répandre la méfiance à l'encontre des candidats et du système politique en général", a affirmé M.Rosenstein.

La campagne était dirigée depuis la Russie par l’Agence de recherche sur l’Internet (Internet Research Agency) et financée par Evgueni Prigozhin, un proche du président russe, Vladimir Poutine, à travers deux de ses sociétés. Les douze autres inculpés sont des membres de l’agence.

M. Prigozhin est surnommé le « chef », car il dirige la société Concord, qui s’occupe notamment de la restauration lors des réceptions au Kremlin. Cette société, mentionnée dans l’acte d’accusation, fait déjà l’objet de sanctions américaines.

L’acte d’accusation affirme que cette agence, basée à Saint-Pétersbourg, a soutenu à partir de la mi-2016 la campagne de M. Trump et dénigré la candidate démocrate Hillary Clinton.

Le groupe, « se faisant passer pour des ressortissants américains et créant de faux personnages », a administré des comptes sur les réseaux sociaux — Facebook, Twitter, YouTube et Instagram — qui « traitaient de questions politiques et sociales clivantes », comme l’immigration ou la religion...

L'Express de Madagascar

Le 17/02/18